L'évolution des tenues de plongées

 

 

1905: Yves le Prieu s'immerge pour la 1 ere fois équipé d'un scaphandre à casque dans les eaux de saïgon. En France au environs de Toulon, un bricoleur de génie du nom de Peau construit une boite étanche pour appareil photo et réussit des clichées d'une araignée de mer.

                       

De 1940 à 1950

Durant ces années de guerre et d'après guerre, le matériel le plus utiliser par les plongeurs et les chasseur sous marin était le matériel  YVES Le Prieur. En 1943, Cousteau et le chercheur Emile Gagnant (ingénieur chez air liquide) mettent au point un détendeur air a débit constant quelque soit la position du plongeur. Ce scaphandre autonome pèsera près de 20 kilogrammes et sera fabriqué dans les usines de boulogne.

 

Site du brevet : http://www.lemanconsulting.ch/doc/FR_BREVET_Etude_de_cas.pdf

 

Histoire du scaphandre autonome

Le premier scaphandre Autonome à air comprimé fut dessiné par Rouquayrol et Denayrouze en 1872.

Le premier scaphandre Autonome à circuit fermé (bouteille air comprimé et cartouche épuratrice) L'appareil consistait essentiellement en un masque facial, un sac respiratoire flexible, une bouteille d'oxygène sous-pression de 30 atmosphères ce qui équivaut à un peu plus de 30 KG par CM²

a pièce maîtresse est une cartouche contenant un produit chimique capable d'absorbé le gaz carbonique. Cette cartouche épuratrice est incorporée au sac, sous lequel est placée la bouteille d'oxygène. L'appareil tout entier se fixe sur la poitrine au moyen de sangle.

 

 

1932 le scaphandre Autonome Le Prieur est constitué, d'une bouteille d'air comprimé et sanglé sur la poitrine du plongeur. Elle débitait l'air respirable par l'intermédiaire d'un manodétendeur du commerce. Durant sa plongé par -10 mètres au maximum, le plongeur devra régulièrement modifier le débit d’air. Ce matériel a pour inconvénient de débiter l'air constamment. Donc gaspillage de l'air. Le reste de l'équipement sera constitué d'un masque de caoutchouc à glace ronde englobant les yeux, le nez et la bouche. Le temps accorder au plongeur par -10 mètres est de 15 minutes.

Georges Comeinhes construisit et expérimenta lui-même un scaphandre autonome automatique muni d'un détendeur dit « à la demande», supprimant ainsi l'air gaspillée. Il atteint -53 mètres à Marseille en 1943. Il mourût héroïquement au cours de la libération. Au même moment, Emile Gagnant et le Commandant Cousteau mettent au point un scaphandre autonome complètement automatique.

 

Le scanphandre autonome à détendeur Cousteau Gagnant
Photo prise au Salon de la Plongée à Paris appareil appartenant à Mr Jean Grepinet

Descriptif : Une, deux, ou trois bouteilles d'air comprimées à 200 atmosphères, sanglées sur le dos du plongeur, alimentent un détendeur à deux étages du type" a la demande". C'est à dire qu'il ne débite de l'air que s'il est sollicité par une inspiration. Cet air est conduit à la bouche de l'utilisateur et l'air est ensuite évacué par un autre tuyau vers une soupape d'évacuation placé à proximité immédiate de la membrane du détendeur. ce dispositif est le seul qui assure une respiration automatique, facile, sans perte d'air quelques soit la position du plongeur. Une réserve d'air de sécurité, correspondant au dixième de la provision n'est débloquée que sur l'intervention manuelle du plongeur. Un masque à glace conique complète l'équipement ainsi que l'usage des *PROPULSEURS DE CORLIEU* est inséparable du plongeur.

*propulseur de corlieu : appelé aujourd'hui palme

 

Louis de Corlieu dessine en 1930 les premières nageoires à pieds. Elles étaient constituées d'une mince plaque de crêpe de caoutchouc collée sur une fine lame d'acier élastique.

 

de Corlieu fit breuveter son invention en 1935.

 

Après la guerre, de nombreuses sociétés copières ses palettes.

 

la toute première esquisse de palme fut dessinée par léonard de vinci

L'appareil qui pèse12 kilogrammesà été construit pour n'avoir pas de poids dans l’eau. Un lest de plomb individuel de 2 à4 KGselon la flottabilité de l'utilisateur est accroché à la ceinture de telle sorte que le plongeur évolue sous l'eau sans aucun effort.

Utilisation aussi d'une combinaison totale par Cousteau dans des eaux froides.

 

 

 

De 1950 à 1960

 

Les hommes de la Calypso mettront aux point des traîneaux pour se faire remorquer sous la mer, ils perfectionneront les techniques de plongés. Ils commenceront à se procurer des tenue leurs permettant de se tenir le corps un peu à l’abri du froid lors de leurs plongées.

 

De 1960 à 1970        

C'est à ce moment là que le monde de Cousteau change. Le paysage audiovisuelle fait son apparition et devient le moteur même de l'existence des missions de la Calypso. Pour ce faire, le commandant Cousteau commende de nouvelle tenue pour ces plongeurs ainsi que de nouveau appareils continuellement en évolution. Pour c'en rendre compte il suffit de se replonger dans les émissions de l'Odyssée sous-marine de la Calypso pour le voir.

Les tenues des plongeurs vont passer du gris austère utiliser lors de la mission de pré continent 2 que l'on peut voir dans le film : le monde sans soleil, aux couleurs plus vives et chatoyantes telles que noire à bande jaune. Les plongeurs seront équipés de scaphandre caréné (bouteille air comprimé enveloppé dans un carénage jaune) et de casque jaune avec système de communication intégré et lumière de mineur sur le haut du casque.

tenue ayant très certainement appartenue a Albert falco
tenue ayant certainement appartenue a Albert Falco

Ces deux photos de la tenue de plongée d'Albert falco sont de Mr Jean Grépinet.

De 1970 à 1996

Durant cette période, les tenues des plongeurs de la Calypso ne vont pas beaucoup évoluer. Le matériel lui fera des bons considérables. Les nouvelle technique tels que sonars, images satellites, données informatique, communications et prises de vues aussi bien terrestre que sous marines. Le son lui n'est pas en reste.

La grosse modification apporter sur les tenues des plongeurs est dans le fait qu'elle passe du noir aux gris argenté comme pour ce joindre à la conquête de l'espace.

 

Lors de la mission en Antarctique, les hommes de la Calypso auront le plaisir et la satisfaction dans les eaux glacées de cette région d'utilisés de nouvelles combinaison de plongées leurs permettant de rester au sec et grâce à un circuit d'eaux chaude a l'intérieur de garder aussi une température normal pour le corps humain.

 

Ces tenues de plongées rouge utilisées par les hommes de la Calypso  lors de leurs mission en Antarctique sont des COMBINAISONS UNISUIT

 

- Les gants font1,5 cmd'épaisseur obligatoirement car, dans les eaux à -2°, les mains comme les pieds sont les parties qui gèlent en premier et très rapidement.

 

Unisuit: double combinaison étanche  comprenant

           -1 sous-vêtement en fourrure de nylon et un survêtement en mousse de néoprène

             d'une épaisseur de 6mm, doublé de nylon

 

Sous-vêtement et survêtement sont tout d'une pièce et recouvrent les pieds.

 

L'utilisation d'une combinaison Unisuit à permis à  un plongeur photographe de rester plus de 4 heures dans une eau à -2°c. Sans cette  combinaison, un homme meurt en moins de 10 minutes.

 

Dans les eaux glacées, les hommes de Cousteau utilisaient des appareils à circuits fermé ( ou à régénération) afin de mieux lutter contre les déperditions de calories lors de l'utilisation hélium, oxygène ou azote.

Je vous invite à parcourir le site ci-dessous :

 

http://www.flashbackscuba.com/museum/OWU_07/OWU_07.html

A droite, se trouve le créateur du site flashbackscuba.com Monsieur Ryan SPENCE

Habits Humides: Il existe des tenues que l'on dit "Humides" parce qu'elles ne sont pas rigoureusement étanches. L'eau peut donc toujours s'y infiltrer, mais l’habit, collant à la peau, elle ne circule pas et la protection iso thermique reste très efficace.

 

Habit Sec: est très rigoureusement étanche et adhère hermétiquement à la peau au niveau des poignets , du visage et du cou. Dans ce cas, la protection est due à l'air emprisonnée dans le vêtement.

 

 

certains des appareils que vous découvrez sur cette page appartienne à Mr Jean Grepinet. Merci à lui pour l'autorisation de diffuser ces photos et pour l'aide qu'il m'offre dans la réalisation de cette page.

 

je vous invite a vous rendre :

 

http://plongervieuxdetendeurs.blog4ever.com/blog/index-126301.htlm

Le materiel de plongé créé par Jean-Charles Roux

Beaucoup est du au génie de mr jean charles Roux. Ce dernier dans son bureau, créait  principalement les scaphandres et autre materiel afin de permettre aux hommes de la calypso de mieux se mouvoir et être plus visuellement moderne pour le spectateur.

Je remercie mr Patrick Roux pour le pret des documents qui vont suivre et de la confiance qu'il m'accorde.