ENTRETIENT AVEC MR JACQUES RABBIARE QUI FUT MOUSSE POUR LE MUSEE DE MONACO 

  

 


Message: Bonjour
En 1984 et 1985 j'ai servis comme "petit mousse" sur la Physalie avec
Marcel et Marc puis j'ai embarqué sur la Winnaretta avec Paul Zuéna
comme Capitaine Edmond Laffont comme second Antoine comme mécano et
gilles Pérez comme cuistot . Nous sommes partis au cap Corse en
Décembre. puis différentes missions sur la Riviera et au Maroc en
Juin1985 en faisant du cabotage de Monaco jusqu'aux îles chafarines.
J'y ai rencontrés plusieurs membres de la calypso dont simone Cousteau
(mais pas le commandant). Je suis partis en Juillet 85 pour effectuer
mon service national dans la royale.

 

Ce fut dans le cadre d'un stage d'insertion de jeunes quittant l'école sans diplômes (je viens de passer un BTS à 50 ans), que je découvris le monde de la mer avec des stages embarqués et un peu d'école. J'arrivais au musée océanographique de Monaco mon stage permanent après 3 année comme mécanicien tourneur dans un collège.

 

J'embarquais tout d'abord sur la Physalie avec Marcel et Marc.

Cours de matelotage( quelle patience avait Marcel avec moi il me fit refaire le nœud de chaise une cinquantaine de fois, mais aujourd'hui c'est gravé) sortie tous les jours à la mer pour poser des nasses et faire du chalutage (c'était encore permis et la taxifolia  n'était pas encore là)
devant le musée et au cap Martin.

 

Un beau jour (2 ou 3 semaines plus tard) Marcel me présente à Paul Zuéna
et j'embarque avec Edmond Laffont comme second,gilles Perez comme
cuisinier et matelot et Antoine comme mécanicien.

 

Ce sera ma plus belle expérience de travail, mais je ne le savait pas
encore,La première chose que Paul m’aie dite fut: "ici à bord c'est la
famille" et d’emblée je fit partis de la famille adopté des le 1er jour
et traité d'égal à égal avec les autres les vieux loups de mer.

lui"Que sait tu faire?" moi "rien ,je sort de l'école "sourire , yeux
rieur, "tu vas apprendre" et j'appris. Des fois à mes dépend "va jeter
ce sceau d'eau" je reviens trempé sous les rires de l'équipage "leçon n°
1 toujours regarder d’où vient le vent seul les cap-horniers ont le
droit de pisser contre le vent".

 

Une autre fois Edmond m'enjoint de hisser le pavillon, je m'exécute.
quelques minutes plus tard rires d'Edmond _puis de tous_ (????)
explication tu vient de hisser le pavillon Polonais et en plus tu l'a
mit en berne. On est à Monaco.Bref petit à petit le métier est rentré
,au point qu'un beau jour en mer de quart au mouillage; tout l'équipage
va dormir du sommeil du juste et je me retrouve seul à la veille avec la
responsabilité (à 17 ans) du bateau et de l'équipage.Paul monta 3 fois à
l'assaut du cdt Roy qui dirigeait le musée (Cousteau était le directeur
mais il était accaparé par l’Alcyon son nouveau bébé)et 3 fois le cdt
Roy refusa de m'embaucher sous prétexte de charges .

 

Lorsque nous étions à quai nous mangions au musée ce qui me permis de
connaitre Simone Cousteau qui mangeait avec nous ,elle papotait avec ses
amis et je m’asseyais tout à côté d'elle, j'ouvrais toutes grandes mes
oreilles et j'écoutais (religieusement)j'étais en admiration devant
cette femme qui avait participé à toutes les missions, perdue un fils,
c'était aussi par intérim la maman du bord ,l’infirmière,la confidente
l'amie d’où son surnom de" la bergère "je savais par Paul qu'elle avait
financé de ses deniers personnels les premières missions., je voyais
dans les yeux de ceux qui la connaissait de l'admiration. et jamais elle
ne disait  un mot sur elle , elle avait du commandant plein la bouche,
le commandant par ci le commandant par là.

 

Une autre fois croisant un employé du musée ,un grec, ancien matelot du
yacht d'Onasis. Elle disait "  qu'il était formidable" et qu'elle était
en admiration devant lui car il parlait 3 ou 4 langues, Mais elle aussi
était polyglotte mais elle ne se trouvait pas formidable elle se
trouvait "normale".

 

En Janvier 85 il neigea sur la côte d'azur et ce fut l'occasion pour
Paul de nous narrer la mission en Antarctique " la plus dure, mais la
plus belle" "sur la fin, 8 mois, il ne restait plus rien à manger que du
lait et des biscuits d’apéritifs, alors le coq nous faisait une soupe au
lait et aux biscuits"" il fallait piqueter tous le temps le pont nuits
et jours car les embruns gelaient vagues après vagues sinon le pont 
aurait été surchargé et nous coulions"

Il fallait voir Paul en ce temps là il avait une cinquantaine d'année
(mon age aujourd'hui) avant de commencer à raconter il commençait par se
lisser la moustache avec la main droite, il souriait attendait un peu
que l'auditoire se concentre , l’œil rieur et malin et il nous racontait
les coulisses de la Calypso tous ce qui se passait hors caméra hors
tournage une fois en mer rouge (lorsqu'il faisait chaud) une autre à New
York ou au Mexique (ce qui me donna envie de voyager j'en suis à 40 pays
sur 4 continents et l'année dernière me baignant dans la mer Caspienne
je me surpris à penser:" enfin j'aurai vu une mer que Paul n'a pas vu!"

 

En ce qui concerne les missions je fait cela de mémoire et après 33 ans
donc je vais faire ce que je peut .L’accès au carnet de bord de la
Winnaretta qui doit se trouver  dans un endroit quelconque serait plus
fiable (voir les caves du musée ou les affaires maritimes de Nice ).

De plus je n'étais pas tous le temps à bord car des fois j'étais (pour
mon plus grand regret) en cour.  Fin Novembre ou début décembre 1984
mission Océanographie cap Corse Monaco la Giraglia Bastia  (et retour,
avec au passage l'ile d'Elbe) _c'est curieux pendant que j'écris je
ressent les émotions que j'avais à l'époque ,bref je revis le film_

encore en vue de Monaco 2 dauphins nous rejoignent en quelques sauts et 
montent à l’étrave,   première navigation hauturière pour moi :
l’horizon de toutes part  plus de terre en vue, découverte des
instruments: radar , compas ,table à carte, barre,radio.Puis navigation
de nuit, ambiance encore plus géniale à bord :c'est simplement magique.

Avec un chercheur du musée analyses d'eau de mer qui au large de la
corse se révélera douce ??? explication le fleuve Var est très puissant
et part  dans un canyon profond de 4000M environ, il ne se mélange pas
tous de suite à la mer.

 

Extraction de boue du fond avec des crevettes à l'intérieur qui sont
mises en aquarium en eau de mer propre , le lendemain ou le surlendemain
des rejets apparaissent au fond de l'aquarium  qui intrigue notre
chercheur après analyse" grande découvertes" les crevettes sont sur le
pont et soumisent au tangage et roulis du bateau , elles souffrent du
mal de mer et vomissent (je vous jure que c'est vrai !!).

Autre mission après (mais pas sur de la date) le bateau RAMOGE qui
effectue des analyses de rejets des fleuve entre gênes et St Raphaël est
en panne nous le remplaçons pour cette mission (en remerciement le maire
de Monaco nous offre le restaurant à tout l'équipage mousse compris );
donc analyse d'eau de mer entre St Raphaël et Vintimille  pour moi c'est
la découverte de ma région vu par la mer et elle est encore plus jolie
avec les Alpes enneigés sur toile de fond mer bleue ,ciel bleu) toujours
des dauphins et des globicéphales qui eux nous dédaignent et ne viennent
jamais à la proue.

 

Ils font une mission sans moi (les salops!!!) ces messieurs s'en vont
pêcher le requin ,en Corse à la palangre pour Yves Rocher qui analyse
les foies pour une éventuelle fabrication de cosmétique seul le foie est
analysé le reste du requin est consommé par l'équipage et à mon retour à
bord je me feras "une fourre" de requin, mais c'est délicieux et je n'en
aurai jamais mare.

Mai est déjà là et nous emmenons un plongeur du musée dans la rade de
Villefranche sur mer pour prélever des éponges et des coraux rouges afin
de les installer dans l’aquarium à Monaco . En ce qui concerne
l'aquarium en Novembre changement d'une pompe qui puisait l'eau de mer
et je pense que c'est là qu'un minuscule morceaux de taxifolia à dû
s'échapper .  début des essai d'un aquarium sans entretien qui
fonctionne en circuit fermé.

30 Mai 1985 je passe à Nice mon xeme CAP de mécanicien tourneur (ce qui
me fait profondément chi....)le bateau ,tous l'équipage et les
chercheurs -dont le professeur Duguy directeur du musée océanographique
de la Rochelle qui participa entre autre à la mission
Antartique_m'attendent à Port-Vendre je les rejoints en train et nous
voilà partis pour 1 mois de mer Monaco (Port-Vendre pour moi) Barcelone
, Ibiza au passage l’ilot d'Alboran et un petit matin 1 ere vue de
l'Afrique pour moi au cap des 3 fourches ( j'y suis retourné 6 fois)
détroit de Gibraltar,alhoceima Mellilla les iles Chafarines et retour à
Monaco.

 

Tous cela scindé en 2 missions de 15 jours la 1ere repérage de
mammifères en mer ,et je suis devenus incollable avec une dorsale ou à
la manière d'une baleine pour sonder   je sais aujourd'hui distinguer un
delphinus Delphis d'un grand Dauphin, une orque ou un globicéphale, un
rorqual d'un cachalot grâce aux cours du professeur Duguy. En navigation
Paul prenait le relais sextant le jour et  la nuit cour de  navigation
astronomique (quand on a 17 ans peut on rêver de meilleure école et de
meilleurs professeur? mieux que l’abbaye de Telleme de Rabelais !)

Je me souvient d'une fois ou devant Malaga (au grand large) la mer était
couverte de dauphins ils étaient en chasse et ne s'occupaient pas de
nous, une autre fois seul sur le pont j'ai vu un grand Marlin sauter en
l'air se tortiller et retomber à l'eau Paul me donna l'explication de ce
phénomène ils ont des vers qui les démanges et les font souffrir. Nous
avons croisés une caretta caretta .

la nuit il y avait du plancton phosphorescent quand on était placé à la
proue de la Winnaretta entre le plancton et les étoiles tout se
confondait et  on aurait dit que nous naviguions dans les étoiles. Dans
les quart de nuit je me souvient de la cigarette de paul qui rougeoyait .

 

Au Maroc changement d'équipage

 

Donc changement d'équipe nouvelle mission analyse des roches sous_marine
par émission acoustique genre sondeur . Nouveauté une femme
scientifique  à bord -mais qui ?-un étudiant d'origine Marocaine et 2
autres chercheurs tous de l'université de Montpellier. des géologues
plus que des océanographes des gens très intéressants aussi . qui sont
venus en avion nous rejoindre. une fois nous avons remarqué des dômes de
sel nouvel enseignement maritime pour moi de la part de Paul : le
boutakoff du nom d'un officier de marine russe qui a mis cette technique
au point : une boucle pour revenir sur son point et non un demi tour qui
à cause des vents et des courants nous ferais dériver . Autre incident
le pont de la Winnaretta (en bois d'acajou) prend l'eau et  arrive
directement dans ma banette donc je dort dans une baignoire, pour
m'éviter ce désagrément Edmond me sort un hamac et pendant 15 jours tous
les soirs je dort dans un hamac dans le carré au dessus de la table à
manger ( retour à Monaco autre leçon de Paul fil de coton et goudron
pour étanchéifier le pont mais c'est le fil de coton en gonflant qui
fait l'étanchéité et non le goudron.

 

Visite au Maroc chez des corailleurs qui m'offrent un énorme morceaux de
corail et une éponge. Ils me racontent qu'ils travaillent pour des
italiens et qu'ils ont peur de mourir car ceux ci n'hésitent pas à les
balancer par dessus bord et faire route pour l'Italie une fois la
récolte finie (on déclare pas le corail et on paie personne) je suis
très gênè car je suis d'origine italienne (eux me croient français).

c'est Ramadan et le soir c'est la fiesta la journée paul nous interdit
de sortir avec un bout de pain sur le pont lorsque nous sommes à quai
pour ne pas avoir d'ennui. En fait Paul ne commande jamais quand il dit
quelque chose tous le monde lui obéi instantanément car il dit la chose
juste à faire au juste moment .

 

a un moment de la mission l'eau douce étant fournie par des cuves plus
le droit de se laver jusqu'au prochain port. (pas grave)mais le droit de
se raser (je n'ai pas encore de barbe). retour à Monaco tempête devant
Malaga nous nous abritons au port et faisons du tourisme. retour à
Monaco à la gare paul la chercheuse et moi même regagnons nos pénates en
train sur le quai un ivrogne nous interpelle et nous raconte ses voyages
en Afrique, quand il s'éloigne    Paul nous dit goguenard "heureusement
qu'il est là pour nous dires qu'en Afrique il fait chaud".

j'ai gagné 4000Francs dans l'affaire et des souvenirs pour toute une vie
ils me demandent de venir avec eux en mission en Corse au mois de
Juillet ils vont à Aspretto avec des scientifiques Belges. Je refuse car
je part au service militaire et avant j’aimerai rentrer chez moi en
Italie (j'ai une maison dans les Alpes et je suis passionné d'Alpinisme
et de grimpe).

D'ailleurs l’année suivante je me retrouve à Aspretto mais en face chez
le 2eme REP.

 

Je ne suis pas commando mais je suis embarqué sur l'Ajonc le navire de
l'école de plongée de la marine nationale . je quitte ensuite le monde
de la mer pour un parcours hétéroclite fait de restaurant , de vignoble,
de camion, de bus, d'immobilier.je retrouve la mer en 1996 en
travaillant au Marineland d'Antibes ou j'assiste à la naissance de
l'orque Valentin (qui est mort en 2016 dans les inondations) je
rencontre Roland de la Poype _mon patron_ 16 victoires en combats aérien
dans l'escadron du Normandie Niémen puis je travaille comme lamaneur au
port d'Antibes avec Camille Rayon (début de la 2eme guerre mondiale:
2eme classe; à la fin vivant et commandant) Je passe un yacht master je
m'embarque sur le Rominta et .... je rencontre ma femme je débarque et
part travailler dans un vignoble à Nantes;

 

Je suis retourné plusieurs fois à bord comme invité, une seule fois j'ai
vu ce grand marin provençal digne descendant de Pythéas céder face au
mistral . Nous partions pour une mission aux île de Lérins et la
Winnaretta devait doubler le cap d'Antibes avec du Mistral dans le nez
;Paul s'y repris à 3 fois mais à chaque fois il nous fut impossible de
doubler le cap.

Pour ne rien casser il renonça c'est la force d'un grand marin que de
composer avec la nature je retint( encore une fois) la leçon et c'est
parce que des fois j'ai su _à l'instar de Paul - renoncer que je suis
encore vivant après 33 ans d'Alpinisme (et aussi avec beaucoup de chances)